Bilan d’une 4e saison en tant que fermière-fleuriste

Alexandra Truchot Alex à la campagne

10 mariages. 260 bouquets pour les abonnés. 180 bouquets spéciaux commandés. 60 livraisons. 65 étudiants à mes formations. Près d’une quinzaine de formations et ateliers donnés… Je regarde les chiffres de la haute-saison et je comprends pourquoi je suis un peu fatiguée. Les derniers mois ont passé à une vitesse folle. Je n’en reviens pas que c’était déjà la 4e saison d’Alex à la campagne et que je suis en train de planifier ma 5e saison! Un beau chiffre, ça. 😊

Encore une fois, j’ai tant appris. Encore une fois, ça a été merveilleux. J’ai ressenti des émotions en montagnes russes. Oui, il y a eu des moments pénibles, des jours de découragement, des soirées à me sentir perdue. Mais au bout du compte, les sentiments qui sont ressortis le plus sont de la reconnaissance, de l’épanouissement et de l’émerveillement. Ce n’est pas un métier fait pour tout le monde, mais en ce moment, il n’y en a aucun fait autant pour moi.

Une saison de mariages encore marquée par la pandémie

Beaucoup de mariages ont dû être malheureusement annulés. Les rassemblements ont été permis à la dernière minute fin juin et même après, ils étaient limités à l’intérieur. Les seuls mariages qui ont pu avoir lieu étaient très intimes. Ça n’a donc pas encore été la saison rêvée au niveau des célébrations. Mais j’ai eu la chance d’avoir fleuri 10 mariages en une saison! Et surtout, j’ai eu la chance de tomber sur des mariés en or qui m’ont fait confiance à 100% dans ma création. J’ai pu jouer avec le plus beau de mon jardin tout en respectant leurs couleurs et styles. Et ça, c’est tellement magique pour moi! J’adore quand je regarde les fleurs sur le point de s’ouvrir la semaine avant le mariage prévu, et que je commence à imaginer dans ma tête les bouquets. J’aime la fébrilité de savoir que les fleurs que je voulais utiliser fleurissent juste à temps. Il y a tant de possibilités, tant de combinaisons possibles dans le jardin. Et finalement quand je commence à créer dans l’atelier, tout s’harmonise si facilement, car les jardins ont fait une bonne partie du travail pour moi! C’est l’illustration parfaite de la beauté de la nature.

mariage cantons-de-l'est

L’expansion réussie de mon espace de culture de fleurs

Au printemps, j’avais une petite crainte en agrandissant mon espace de culture dans le champ en arrière de mon jardin.  J’avais peur de me planter en m’éparpillant. De plus, je sortais de mon petit cocon rassurant qu’est mon jardin clôturé à 100$ à 8 pieds de hauteur. Au début de la saison, deux épisodes m’ont fait douter : le gel lors de la première semaine de juin qui avait tué mes semis au champ, mais pas dans mon jardin, et ensuite, fin juin, quand il y a eu une canicule, mes fleurs en champ souffraient vraiment plus, car elles n’avaient aucune ombre.

Mais finalement, wow, ça a été merveilleux. Les nouvelles rangées de culture ont été tellement productives! Les calendulas en premier lieu ont été les reines de juillet. Puis, les zinnias ont été merveilleux d’août à la mi-octobre. Ça n’arrêtait plus! J’avais maintenant ce beau problème : j’avais trop de fleurs! Et que dire de l’eucalyptus, qui était rendu presque plus grand que moi en septembre. Je suis vraiment contente que ma préparation du sol au printemps a porté ses fruits : aucun labourage et beaucoup de compost! En plus, comme j’avais planté 2 rangées complètes de sarrasin et des tournesols géants, les oiseaux y ont fait la fête pendant tout l’été. Pour contrer les chevreuils, j’ai mis en place 2 choses : un arroseur qui se déclenche avec le mouvement la nuit et des plants de lavande au bout des rangées.

Et finalement, grâce à mon expansion, j’ai été autonome en fleurs à 100% de juillet à octobre!

champ ferme florale magog

L’importance d’un atelier bien aménagé

À la fin de l’hiver, nous avons enfin terminé d’aménager mon atelier au sous-sol de ma maison. Le projet a duré 1 an! J’avais vraiment hâte de travailler dans ce nouvel espace aménagé juste pour moi. Et ça a en effet, tout changé! Dire que pendant 3 ans, je remplissais mes seaux d’eau dans ma cuisine et que je confectionnais les bouquets sur une toute petite table de mon bureau. Avoir de l’espace, des tables à ma hauteur et tous les équipements à portée de main, ça fait une énorme différence au niveau de la productivité, mais aussi au niveau de la pression sur le corps. Je finis la saison avec beaucoup de moins de douleurs que l’année dernière et pourtant, j’ai beaucoup augmenté mes ventes. J’ai tout simplement travaillé mieux! Si j’avais un conseil à donner à quelqu’un qui lance en ce moment sa ferme florale ou son atelier, ça serait d’optimiser son espace de travail le plus rapidement possible!

tulipes locales magog

Une nouvelle passion : les formations

Cette année, j’ai lancé un tout nouveau service : les ateliers-formations. J’avais déjà fait une séance à la fin 2020 et comme ça avait bien été, j’ai décidé d’en donner plus. Le succès a été au rendez-vous! Toutes les séances ont été remplies des semaines avant. Merci de votre engouement et de votre présence dans mon jardin, beau temps, mauvais temps.  Et vous avez été nombreux à me demander de nouvelles dates, mais je n’ai pas pu en donner autant que je voulais, car j’étais déjà tellement occupée avec les fleurs. J’ai vraiment adoré donner des formations. Ça me permet de mettre en ordre mes idées et de me challenger dans mes façons de faire. J’ai un métier très solitaire et ça fait du bien de rencontrer d’autres amoureux des fleurs! Alors, oui, c’est certain que les formations reviennent en 2021!

eucalyptus local magog

En rafales – les malus et bonus de la saison

Malus :

  • Travailler en temps de canicule : le weekend du 21 août ayant été le pire de tous. 2 mariages en plein soleil, à 42 degrés : beaucoup de stress pour les fleurs, de sueur, de la déshydratation et des jurons.
  • Le petit gel début juin qui a tué tous mes semis de celosias.
  • Les travaux et les bouchons de circulation à Magog pendant les livraisons.
  • La fatigue de travailler 7 jours sur 7 d’avril à fin octobre.
  • Mes tournesols qui ont tous donné des fleurs minuscules.
  • Mes pois de senteur qui ont été envahis par des pucerons. 
semis fleurs locales magog

Bonus :

  • Avoir réussi à prendre 2 weekends de congé pendant la haute-saison! Yeah.
  • Les petits marchés dans mon jardin. J’ai adoré l’expérience de vous y rencontrer.
  • Mon fiancé, Benjamin, qui s’implique de plus en plus dans l’entreprise.
  • La subvention de la Financière Agricole qui m’a permis de faire un bond gigantesque dans mon organisation : système d’irrigation, tunnels de début de saison et bientôt, une serre!
  • Mes premières renoncules!
  • Toutes les fleurs qui sont tellement belles que j’en verse une larme de joie chaque matin.
  • Ne pas avoir mis de réveil de toute la saison!… parce que le coq nous réveillait tous les matins. 😉

Maintenant, le travail n’est pas fini pour 2021, car il reste encore toutes les belles créations de Noël! Restez à l’affût!

Abonnez-vous dès maintenant à mon infolettre pour être tenu au courant en exclusivité des fleurs 2022, des nouvelles dates de formation, des ventes spéciales et pour recevoir des courriels fleuris de temps en temps!